Retour sur les Rencontres Capitales 2021 sur le thème : Réinventez !

le 24/11/2021
Retour sur la 6éme édition des rencontres capitales qui se sont tenues du 19 au 21 novembre 2021 dans le nouvel auditorium de l’institut de France.

Les Rencontres Capitales, rendez-vous biennal de l’Institut de France et des académies, permet depuis 10 ans un dialogue entre jeunes générations, grand public et ceux qui changent le monde. Ces débats décryptent les mutations profondes de notre société et d’une planète en quête de nouveaux repères afin de mieux préparer notre futur.

Participation de KEDGE

A cette occasion, Alexandre De Navailles (Directeur Général de KEDGE) et Christophe Mouysset (Directeur de la Relation Entreprise de KEDGE) ont chacun participé à un atelier. 

Alexandre de Navailles Directeur Général

A participé à l’atelier « Télétravail, green deal, innovation, inclusion : à quoi ressembleront l’économie et l’entreprise post covid ? » avec :

  • Nicolas Baverez – Economiste Essayiste
  • Jean Pierre Clamadieu – Président du Conseil d’Administration d’ENGIE
  • Julia de Funès - Sociologue et Philosophe
  • Muriel Pénicaud – ancienne Ministre du travail et représentante de la France à l’OCDE

Alexandre de Navailles a rappelé "la responsabilité des Ecoles sur l’obligation de donner aux étudiants des outils, ainsi que l’ambition et le courage pour qu’ils puissent faire et entreprendre différemment ; il a pris pour exemple, la crise du covid qui a permis à nos étudiants de développer des compétences spécifiques pouvant être valorisées auprès des entreprises" .

 

Christophe Mouysset, Directeur de la relation entreprise

est intervenu sur l’atelier « Face aux grandes mutations, quels seront les métiers de demain ? » entouré de :

  • Valérie Gaudart, Directrice Culture, Communities, ENGIE people lab
  • François Guinot, Président honoraire de l’Académie de technologie
  • Tariq Krim, créateur de Netvibes
  • Yann Lechelle, Directeur Général de Scaleway internet company

Sur ce sujet, Christophe Mouysset a rappelé "l’importance des soft kills, des hard skills, et a évoqué le rôle prépondérant que prennent désormais les mad skills : à savoir, se demander quel est son vrai talent, quelle est sa vraie singularité. Et réfléchir au service de quelle mission, peuvent-être mis à profit ses talents. Il a rappelé l’intérêt d’intensifier l’apprentissage.
Il a également insisté sur la digitalisation des outils RH pour permettre un meilleur suivi des collaborateurs, aux fins d’acquérir de nouvelles compétences."

 

*********************

Retour en haut