KEDGE Insights Breakfasts : Comment capitaliser sur la vie sociale d’une marque ? le 07/02/2018

La 5ème édition des KEDGE Insights Breakfasts, dédiée au Marketing, a eu lieu le mardi 30 janvier 2018 à Paris

Kedge Insights Breakfasts : Marketing

A l’occasion des « KEDGE Insights Breakfasts », deux experts, l’un issu du monde académique, l’autre du monde professionnel ont pu débattre sur une thématique qui bouleverse la vie des marques.

Bernard COVA, Professeur de marketing et de sociologie de la consommation à KEDGE Business School, Membre du Centre d’Excellence en Marketing de KEDGE Business School, François TARROU, Directeur marketing et communication chez NIKON sont intervenus sur :

Comment capitaliser sur la vie sociale d’une marque ? L’exemple de Nikon avec ses Nikonistes qui Nikonent 

  • L’Omniprésence de la marque que l'entreprise le veuille ou non
  • La vie des individus de plus en plus "marquée"
  • Quelle prospective pour les entreprises et les individus ?
  • Etc

Retour en image sur cet événement

A propos de François Tarrou et Bernard Cova

François Tarrou, Directeur marketing et communication, NIKON

Après 10 années passées dans des agences de publicité (Publicis, Lintas, ...) aux postes marketing et communication, il pilote la direction marketing de Harley-Davidson pendant 13 ans, et réinvente l’image de cette « vieille dame » née en 1903, pour devenir en 2005 n°3 des motos de +650 cc, concurrençant sérieusement BMW et les marques japonaises. En février 2017, il devient directeur marketing et communication chez NIKON.

Cette marque a pratiquement inventé le marketing moderne à partir de 1906 avec ses premiers programmes de course et sa culture de marque qui est devenue une école de marketing extrêmement inspirante.

Bernard Cova, Professeur de marketing et sociologie de la consommation, KEDGE Business School

Dans son dernier livre « La Vie Sociale des Marques », Bernard Cova, explique de quelle façon les marques constituent aujourd’hui une sphère à part entière de la société qui vient s’entrecroiser avec la sphère privée et la sphère professionnelle ; il rend compte de la façon dont les marques existent dans la société indépendamment de leurs créateurs, au travers de phénomènes tels les verbes de marque (brandverbs) ou encore le volontariat de marque (brandvolunteering). Les marques font partie de nos vies que nous le voulions ou non. Les marques sont présentes parmi nous et nous aident à forger nos identités. Elles nous fournissent matière à parler, à fêter, à s’engager, etc. Elles nous aident aussi à nous évader d’un quotidien qui parfois nous étouffe. Mais, les marques nous font aussi perdre le contact avec le reste, le monde non marqué.

Ce constat contrasté doit nous conduire à être plus intelligents face à ce phénomène nouveau. Les marques constituent aujourd’hui une sphère à part de la société qui vient s’entrecroiser avec la sphère privée et la sphère professionnelle pour structurer notre quotidien. Il s’agit de prendre en compte ce fait social pour lire la condition contemporaine sans y adjoindre un jugement de valeur, de façon à en mesurer objectivement l’impact sur nos vies.

Retour en haut